Un appel des chrétiens persécutés, au Moyen-Orient et ailleurs

alep-ca-suffit

 

« Nous lançons un cri aux consciences de ceux qui planifient et effectuent cette guerre, nous leurs disons: par amour de Dieu, ça suffit! Par miséricorde vers les hommes, ça suffit! Par le sang des enfants et des martyrs qui crie à Dieu, ça suffit! Par les mères en lutte, ça suffit! Par les douleurs des blessés, ça suffit! Par les déplacés, ça suffit! Par ceux qui ne peuvent plus alimenter leurs enfants, ça suffit! Est-ce que le temps des actions n’est pas survenu plutôt que les paroles? Le temps de la résurrection plutôt que la mort en toutes ces formes? »

 Source : Alep 30 Avril 2016 — Assemblée des Évêques Catholiques à Alep


chretiens-genocide

 

Échos d’un colloque tenu à Montréal du 24 au 26 avril 2016

L’arrivée de plus de 25,000 Syriens en terre canadienne au tournant de 2016 est le résultat  d’une décision gouvernementale conjuguée à la volonté de groupes citoyens et de nombreuses familles : il fallait les accueillir chez nous pour les arracher aux tribulations de la guerre chez eux, à l’inconfort des camps de réfugiés ou des déplacements répétitifs obligés pour sortir de leurs villes dévastées. Le Canada a voulu faire sa part dans l’immense chantier de la solidarité internationale pour soutenir les victimes de conflits.

Les journalistes de la presse régionale et nationale, incluant les artisans de radio et télévision,  ont fait un remarquable travail d’information et de sensibilisation au vécu de ces nouveaux arrivants et déploré, quand il le fallait, les propos intolérants d’une frange de la population canadienne.

Toutefois très peu de médias ont pris le risque d’examiner de plus près la dimension religieuse inhérente au déplacement d’une forte proportion de ces gens. Pourquoi ce silence gênant de nos médias sur la persécution des chrétiens, puisqu’il faut bien nommer ainsi le mal qui affecte des millions de chrétiens dans le monde et en particulier au Moyen-Orient?

Réunies au Grand Séminaire de Montréal du 24 au 26 avril 2016, deux cents personnes ont participé au colloque organisé par Solidarité internationale Trinitaire (S.I.T. Québec-France) et la section canadienne de l’organisation Aide à l’Église en détresse (AED) pour répondre à la question thème de l’événement :

«  Les chrétiens dans le monde sont-ils victimes d’un génocide? »

Les persécutions religieuses ont existé de tous temps. Pendant ce colloque, monseigneur Jean-Clément Jeanbart, archevêque melkite d’Alep, en Syrie, évoquait avec émotion les innombrables  martyrs qui ont versé leur sang en divers pays du Moyen-Orient depuis les débuts du christianisme, une réalité qui aurait touché environ 18 millions de croyants. Il observe une diminution des chrétiens dans ces mêmes pays depuis quelques décennies, notamment depuis la guerre du Golfe et la guerre en Irak. La situation a empiré avec l’arrivée du groupe islamiste autoproclamé État islamiste / Daesh. En Syrie, ils étaient 14 % de la population totale et ils ne sont plus que 10 % disséminés sur le territoire, certaines communautés étant réduites à presque rien. En 2015, le nombre de Syriens ayant fui leur pays s’élevait à 1,800,000 dont 1,100,000 étaient  des chrétiens.

Existe-t-il des informations fiables? L’Index mondial des persécutions recueille depuis 1997 les informations sur la persécution des chrétiens selon une méthodologie validée par le Docteur Robert Fortner, l’un des experts les plus consultés par les grandes institutions internationales. Le Rapport 2015 nous avertit que les chiffres sont probablement en-dessous de la réalité.

 « De nombreux assassinats sont très certainement passés sous silence car ils ont lieu dans des endroits trop isolés, dangereux ou difficiles d’accès (comme en Syrie, en Irak, au Nigeria, au Cameroun, en Centrafrique, au Myanmar et en Corée du Nord). Cependant, ils montrent que le meurtre de chrétiens en raison de leur identification à Jésus-Christ est une dramatique réalité aujourd’hui.

liberte-religieuse-4

En 2014, l’équipe de recherche de Portes Ouvertes a compté : – Au moins 4 344 chrétiens assassinés pour des raisons liées à leur croyance, soit deux fois plus que l’année dernière (en 2013, ils étaient 2 123 et en 2012, 1 201) – Au moins 1 062 églises visées dans le but de les détruire, de les endommager ou de les fermer (en 2013, on en avait compté 1 111).

Nombre de chrétiens tués. C’est au Nigeria qu’on a assassiné le plus de chrétiens en raison de leur croyance l’année dernière. Ce nombre (2 484) a été multiplié par 4 par rapport à l’année précédente (612). »

Source : Index mondial de persécution. La persécution des chrétiens, Rapport 2015 :

https://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/   consulté le 1er mai 2016.

liberte-religieuse-3

 

Victimes de persécution, oui. D’un génocide?

Marie-Claude Lalonde, avocate et directrice du bureau canadien de l’AED, affirme que 75 % des citoyens persécutés en raison de leur appartenance religieuse sont des chrétiens. Et cette tendance est en augmentation. C’est pourquoi elle n’hésite pas à parler de « génocide ». Un mot assez fréquemment utilisé par les politologues, mais redouté par les juristes qui hésitent à l’employer car pour les États qui veulent se prévaloir d’un tel diagnostic, cela entraîne des obligations et responsabilités qu’ils ne sont pas prêts à endosser.

Mgr Jeanbart, lui-même ancien journaliste, distingue deux types de persécution : l’une physique consiste à éliminer des personnes; l’autre consiste à déplacer des populations d’une région à une autre, les acculant à fuir le pays. Cette seconde méthode est plus pernicieuse car elle affaiblit voire détruit des communautés. Les individus et les quelques leaders qui restent peuvent de moins en moins assurer les services essentiels, surtout dans des zones en conflit. Les familles partent à la recherche de zones mieux pourvues en approvisionnement. Des villes où coexistaient pacifiquement chrétiens de diverses traditions et musulmans, ne comptent plus qu’une faible minorité de chrétiens en Irak, en Syrie et même en Palestine.

 

Pourquoi les chrétiens sont-ils plus persécutés que les autres?

Le journaliste américain expert des questions religieuses au Boston Globe, John Allen[i], pose cette question et propose sa réponse. Selon les experts en discrimination, la persécution des chrétiens est attribuée aux faits suivants :

  1. Ils sont les plus nombreux : 2,3 milliards dont 1.2 milliard de catholiques, après les musulmans qui sont 1.7 milliard dans le monde (en 2013).
  2. La progression des chrétiens en dehors de l’Occident est vue comme une menace venant d’un Occident perçu comme un pouvoir dominateur hier et aujourd’hui.
  3. Les chrétiens sont vus comme des Occidentaux qui peuvent manquer de loyauté, dans des pays anti-américains, même lorsque le christianisme s’est implanté dans le pays avant l’islam, comme en Irak.
  4. Les chrétiens sont aussi membres de minorités religieuses, ethniques, culturelles et linguistiques tels que les Chin et les Karen en Birmanie, les Dalit en Inde, et conséquemment victimes d’une double discrimination.

liberte-religieuse-6

L’inacceptable silence des médias

Si le phénomène de la persécution des chrétiens est en augmentation et si les chrétiens forment le groupe le plus atteint par les discriminations multiformes, pourquoi le silence des médias ?

Pourquoi négliger ce qui devrait préoccuper tous les défenseurs des droits humains?

Le même journaliste John Allen, spécialiste des affaires du Vatican, identifie deux causes principales[ii] :

  • L’indifférence des médias, le manque de connaissance des journalistes pour assurer le traitement des nouvelles religieuses en général et du christianisme en particulier.
  • La méconnaissance des chrétiens eux-mêmes de ces persécutions qui se déroulent loin d’eux. Pas assez conscients ni informés, ils ne savent pas quoi faire, ni comment réagir. Même au plan institutionnel, précise John Allen, « les responsables hésitent à lancer des campagnes d’opinion.  Au niveau politique et social, les Églises occidentales n’ont pas encore inscrit la persécution des chrétiens au premier rang de leurs priorités. »

Ces constats remontent à 2014. D’autres faits se sont accumulés : la condamnation à mort de la Pakistanaise Asia Bibi, chrétienne accusée de blasphème pour avoir bu de l’eau puisée à un puits réservé aux musulmans; de nouvelles incendies d’églises et autres bâtiments; la disparition ou l’assassinat de prêtres et de pasteurs : le meurtre du jésuite Frans van der Lugt chez lui à Homs, l’enlèvement de trois missionnaires en RD Congo, la séquestration d’une religieuse canadienne et de deux prêtres italiens au Nigeria, et enfin la disparition inexpliquée depuis trois ans de deux archevêques d’Alep que le Conseil Œcuménique des Églises a dénoncée encore récemment[iii] .

D’autres minorités religieuses sont aussi persécutées…

Quelques  épisodes ont reçu un certain traitement médiatique, tel l’exode des milliers de musulmans Rohingyas dépouillés de leur titre de citoyens et chassés de la Birmanie par des bouddhistes, puis refoulés en Malaisie où ils sont réduits à vivre dans des camps. En Irak, les Yézidis ont connu une énième vague de persécutions en raison de leur appartenance à une forme minoritaire de l’Islam, leurs filles et leurs femmes vendues sur des marchés d’esclaves ou mariées de force.  Quelques échos des tracasseries que subissent les Roms nous parviennent de temps à autre. Bref, les chrétiens ne sont pas les seuls à souffrir de la perte de leurs droits.

 

Manque de liberté de presse et persécutions seraient-ils reliés?

Un autre facteur explicatif du silence des médias doit être cherché du côté du droit à l’information et de la relative liberté de presse. Il suffit de mettre en parallèle les rapports annuels 2015 de l’Index mondial des persécutions et de Reporters sans frontières pour en obtenir l’évidence. Les deux organismes font le classement des pays en accordant des points de démérite sur des éléments prédéterminés.

Persécutions des chrétiens sur 50 pays                   Liberté de presse sur 180 pays

les 10 pays où il en coûte le plus                Code noir = situation très grave

  1. Corée du Nord
  2. Somalie Chine
  3. Syrie Laos
  4. Irak Syrie
  5. Afghanistan Irak
  6. Arabie saoudite Iran
  7. Maldives Arabie saoudite
  8. Pakistan Yémen
  9. Iran Afghanistan
  10. Yémen Pakistan

Les pays en déficit de liberté de presse sont aussi les pays où les chrétiens sont exposés à des discriminations, à des actes violents (personnes et bâtiments d’églises).

Des dispositions juridiques de surveillance des journalistes et des blogueurs restreignent la liberté de presse, la critique des régimes et la couverture des actions nuisibles aux chrétiens ou autres minorités persécutées. Les journalistes peuvent être sujet d’accusations religieuses: blasphème, atteinte au sentiment religieux, diffamation des religions, atteinte au sacré, insulte au Guide suprême de la révolution, publicité contre le régime, apostasie, outrage au sentiment religieux, attribution à l’État du rôle de gardien de la religion, de protecteur du sacré et de la moralité publique.

Source : « Blasphème : une utilisation politique de la censure religieuse », RSF, rapport 2015.

 

liberte-religieuse-5

 

Le Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction est un expert indépendant désigné par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Le titulaire du mandat est invité à identifier les obstacles existants et naissants à l’exercice de la liberté de religion ou de conviction et à présenter des recommandations sur les moyens de surmonter de tels obstacles.

Le  titulaire de ce poste depuis le 1er août 2010, le Professeur Heiner Bielefeldt, est professeur des droits de l’homme et des politiques en matière de droits de l’homme à l’Université Erlangen de Nuremberg.

http://www.ohchr.org/FR/Issues/FreedomReligion/Pages/FreedomReligionIndex.aspx

En somme, les appels répétés à prier et agir du pape François, des responsables de la communion anglicane et des Églises protestantes, du Conseil œcuménique des Églises, du Secrétaire général des Nations unies pour que cessent ces violations de droits humains et ces persécutions religieuses n’ont pas encore donné les fruits espérés.

Comment les chrétiens réagissent-ils aux persécutions? Le témoignage de la Caroline Cox, membre de la Chambre des Lords (Angleterre) est éloquent :

« J’ai eu le privilège de voir comment l’Église, persécutée, a répondu à la violence et à la haine, dans de nombreux endroits, et je me sens toujours emplie d’humilité et inspirée par le courage, la dignité et l’absence de toute expression du désir de vengeance dont elle fait preuve. J’ai marché à travers d’innombrables églises détruites, trébuchant sur les décombres de briques calcinées, d’éclats de verre, de croix et de crucifix brûlés et de bibles saccagées, au Soudan, au Nigeria, en Inde, en Indonésie et sur l’ancienne terre arménienne du Haut-Karabakh. (…) Il n’y a pas d’autre religion traditionnelle dans le monde qui ait subi une telle destruction systématique et généralisée de ses lieux saints que le christianisme. Oui, vraiment, les pierres doivent crier. »

Caroline COX, La liberté religieuse, un droit orphelin, Le livre noir de la condition des chrétiens dans le monde, sous la direction de J. T. Di Falco, T. Radcliffe et A. Riccardi, XO Éditions, p. 62

Une réalité qui dépasse le monde chrétien : un enjeu de civilisation

À la fin de l’année 2014, la publication d’un ouvrage a créé une onde de choc. Intitulé Le livre noir de la condition des chrétiens dans le monde, ce volume préparé avec la collaboration de 70 contributeurs étale pour la première fois un ensemble d’informations bien fondées sur les persécutions subies par les chrétiens, continent par continent.

Le dominicain britannique, ancien maître de l’Ordre, Timothy Radcliffe, signe la conclusion de cet ouvrage et pose des questions dérangeantes[iv] :

« La dernière fois que les juifs ont été persécutés en Europe, les chrétiens ont grandement failli à leur devoir de se tenir auprès d’eux; pour notre honte éternelle. Cette fois-ci, si c’est nécessaire (les Juifs ne se sentent pas en sécurité), serons-nous là? Et nous tiendrons-nous auprès du peuple rohingya musulman, qui est persécuté par la majorité bouddhiste en Birmanie? Ferons-nous comme Benedict Rogers, de Christian Solidarity Worldwide, qui a accordé tout le soutien possible à Alexander Aan, emprisonné en Indonésie pour son athéisme, et qui a fait campagne pour sa libération? » (p. 807)

Le même théologien attire l’attention sur la réalité particulière des femmes et le traitement que des religions leur font subir. Il écrit :

« Des religieuses sont violées par des hommes qui veulent ainsi protester contre le rôle qu’elles jouent dans l’émancipation des femmes. Au Pakistan, par exemple, les corps de femmes violées et mutilées symbolisent désormais le conflit entre l’islam et le christianisme. Les chrétiens doivent montrer que ce qui est en jeu ici, ce n’est pas un éventuel conflit entre le féminisme individualiste qui aurait cours en Occident et une communauté de foi, mais bien le rapport d’échange profond entre hommes et femmes, considérés comme des êtres différents mais égaux, comme condition fondamentale à la dignité de chacun. » (p. 806)

La prise en compte du droit à la liberté de conscience et de conviction peut guider les responsables des États et des institutions qui ont le devoir de veiller au respect de tous, et en particulier au respect des femmes qui partagent intégralement tous les droits et libertés.

S’adressant au Conseil de sécurité en mars 2015, M. Zeid Ra’ad Al-Hussein, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, soulignait  que le pluralisme religieux est nécessaire à la survie du pluralisme comme modèle de société.

« Pour lui, les atrocités et crises dramatiques auxquelles nous assistons aujourd’hui ont été attisées par la discrimination et par la négligence délibérée du respect de l’égalité et des droits de l’homme de tous.  Il a cité à titre d’exemple le cas de la Syrie, où des manifestations pacifiques ont été écrasées par la force, et où la guerre civile qui s’en est suivie pousse de nombreuses personnes à se retrancher dans leurs identités ethniques et religieuses.  Aujourd’hui, a-t-il dit, la diversité célébrée, il fut un temps, est tragiquement exploitée pour justifier des divisions « létales », alors que le pays s’écroule.  De nombreuses communautés y ont été victimes de violences consternantes et ont été visées par des attaques de toute part, souvent à cause de leur affiliation religieuse ou ethnique… »

Source : Lettre datée du 12 mars 2015, adressée au Secrétaire général  de l’ONU par le Chargé d’affaires par intérim de la Mission permanente de la France auprès de l’Organisation des Nations Unies (S/2015/176)

http://www.un.org/press/fr/2015/cs11840.doc.htm  Interventions au Conseil de sécurité

 

liberte-religieuse-7

Tout commence par le regard, la prise de conscience de l’énorme souffrance des millions de gens atteints dans leurs croyances. Une amie décrit sa prise de conscience :

« À lire les récits des chrétiens arméniens déportés et morts martyrisés par les Turcs il y a exactement 100 ans, on réalise que ces martyrs sont tout près de nous – dans leurs descendants – et qu’en ce moment même, ils meurent par milliers… que ce soit au Soudan, en Syrie, au Pakistan, en Lybie ou ailleurs…  Nous sommes nombreux au Québec à être des « réchappés » de ces massacres de populations entières. Je me sens traversée et solidaire de ces marcheurs courageux pourchassés de siècle en siècle. »                            Marie-Hélène, 19 mai 2015

  • Croire que notre part peut faire une différence, comme ce fut le cas lorsqu’un million de signatures et des pressions d’ONG ont obtenu la libération de Meriam Ibrahim (Meriam Yahia Ibrahim Ishag) au Soudan, une fille de mère chrétienne et de père musulman, condamnée à la prison puis à la mort parce qu’elle ne voulait pas renoncer au christianisme.
  • Se rassembler pour porter des causes en appel, comme ces communautés pakistanaises qui ont tenu des manifestations pacifiques en quatre villes du Pakistan pour demander des changements à  la loi sur le blasphème – ce n’est pas sans lien avec la demande de libération de la chrétienne Asia Bibi, emprisonnée depuis sept ans pour raison de blasphème – avoir bu de l’eau puisée à un puits servant à des familles musulmanes.
  • Participer à la défense des droits et libertés pour tous, en particulier du droit à la liberté de religion et de conviction, car c’est la pierre de touche des autres libertés.

« Comme c’est souvent le droit que l’on supprime en premier, la liberté religieuse est un peu comme le canari dans une mine de charbon : elle nous avertit que d’autres libertés nous seront bientôt ôtées. »

                              Elliott ABRAMS, membre de la Commission américaine sur la liberté de religion dans le monde (15 février 2014)

  • Insister auprès de nos élus, des responsables des médias locaux et nationaux, car la défense des libertés religieuses constitue la pierre angulaire de la politique étrangère et de la diplomatie mondiale.
  • Célébrer la Journée mondiale du droit à l’information, le 3 mai, et la Journée internationale de la tolérance, le 16 novembre.
  • PRIER, car « ce genre de démons ne peut être chassé que par le jeûne et la prière » (Matthieu 17, 21). C’est un des grands moyens que préconise le journaliste John Allen :

« L’Idée sous-jacente est que l’objet de la prière des chrétiens, et en particulier de la prière qu’ils font publiquement, façonne leur foi et leur conception du monde. Dans cette perspective, plus les chrétiens apprennent à prier au nom des victimes des persécutions, plus ils deviendront conscients de la nature de la guerre mondiale faite aux chrétiens et plus ils seront désireux de s’y opposer. » (op. cit.p. 44)

  • Relayer des appels auprès de nos responsables politiques et religieux, comme celui de l’Assemblée des évêques catholiques d’Alep, le 30 avril 2016 :

« Nous lançons un cri aux consciences de ceux qui planifient et effectuent cette guerre, nous leurs disons: par amour de Dieu, ça suffit! Par miséricorde vers les hommes, ça suffit! Par le sang des enfants et des martyres qui cri à Dieu, ça suffit! Par les mères en lutte, ça suffit! Par les douleurs des blessés, ça suffit! Par les déplacés, ça suffit! Par ceux qui ne peuvent plus alimenter ses enfants, ça suffit! Est-ce que le temps des actions n’est pas survenu plutôt que les paroles? Le temps de la résurrection plutôt que la mort en toutes ces formes? »

http://www.oeuvre-orient.fr/2016/05/02/les-eveques-catholiques-dalep-lancent-un-appel-pour-la-paix/

______________

Quelques références

Des organisations se spécialisent dans l’aide aux chrétiens persécutés; parmi d’autres :

Aide à l’Église en Détresse Canada/ Aid to the Church in Need au http://www.acn-aed-ca.org/fr/

Aide à l’Église en détresse International / Rapport 2016 sur la liberté religieuse dans le monde

Solidarité Internationale Trinitaire France – Québec au www.sit-france.org

L’œuvre d’Orient, les chrétiens de France au service des chrétiens d’Orient,  au http://www.oeuvre-orient.fr/

Des sources d’information et d’analyse :

Le livre noir de la condition des chrétiens dans le monde sous la direction de Jean-Michel di FALCO, Timothy RADCLIFFE, Andrea RICAARD, ouvrage coordonné par Samuel Lieven (journaliste au quotidien La Croix), SO Éditions, 2014, 812 pages

https://www.portesouvertes.fr/sections-campagnes/3546655/documents/rapport-index-mondial-de-persecution.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/Index_mondial_de_pers%C3%A9cution_des_chr%C3%A9tiens

http://www1.umn.edu/humanrts/edumat/studyguides/Freligion.html  Guide d’étude :
Liberté de religion ou de conviction

REPORTERS SANS FRONTIERES, Rapport annuel 2015

http://www.liberte-religieuse.org/ Observatoire international sur la liberté religieuse

À propos du colloque de Montréal, 22-24 avril 2016 :

François GLOUTNAY, Les chrétiens du Moyen-Orient sont-ils victimes d’un génocide?, http://presence-info.ca/article/politique/les-chretiens-du-moyen-orient-sont-ils-victimes-d-un-genocide-2016-04-26.

Philippe VAILLANCOURT, L’archevêque d’Alep veut plutôt que le Canada aide les Syriens à rester chez eux, Présence information religieuse, http://presence-info.ca/article/societe/l-archeveque-d-alep-veut-plut-t-que-le-canada-aide-les-syriens-a-rester-chez-eux , 2016-04-29

[1] John ALLEN, Une guerre globale contre les chrétiens?  In Le livre noir de la condition des chrétiens dans le monde, sous la direction de Jean-Michel di FALCO, Timothy RADCLIFFE, Andrea RICAARD, ouvrage coordonné par Samuel Lieven (journaliste au quotidien La Croix), SO Éditions, 2014, p. 29-46.

[1] John Allen, op. cit., p. 39.

[1]The two religious leaders, Syriac Orthodox Archbishop Yohanna Ibrahim and Greek Orthodox Archbishop Boulos Yazigi, were kidnapped by gunmen in April 2013 when they were on their way back from the Turkish border to their city of Aleppo. http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/2018keep-hope-alive2019-for-missing-archbishops-says-wcc-general-secretary

4 Timothy RADCLIFFE, op. cit, p. 807 et 806.

_______

Prières

Prière d’intercession pour les Chrétiens persécutés à travers le monde

 

 « Intercéder, n’est-ce pas laisser le Christ, par l’Esprit Saint, prier en nous? (…) Intercéder, c’est entrer dans le combat du Christ. C’est combattre à ses côtés contre les puissances des ténèbres – contre les forces de mort. (…) Intercéder, c’est veiller avec le Fils de Dieu jusqu’à ce que vienne le matin et que le dernier ennemi, la Mort – toutes les morts – soit vaincue. »

Extrait d’une conférence d’Élisabeth Behr-Sigel,  théologienne orthodoxe,
lors d’une rencontre de la Fi.ACAT à Bâle, octobre 1990

Les chrétiens persécutés sont loin de nous, nous ne connaissons pas vraiment les épreuves qu’on leur impose. Prions pour obtenir du Père de toute miséricorde une meilleure compréhension de leurs souffrances et la libération des conditions qui les oppriment dans leurs sociétés respectives.

Empruntons leur voix et faisons monter vers Dieu leur supplication.

Quand la discrimination défavorise l’accès à des études et à des emplois parce nous voulons rester fidèles au christianisme qui nous a fait grandir comme individus et comme peuple,

R/ Seigneur, éclaire notre chemin de résistance par amour de la justice et de la vérité.

Quand nos églises et nos écoles sont incendiées par des agitateurs, soi-disant au nom de leurs convictions religieuses,

R/ Seigneur, donne-nous un cœur large qui pardonne et surtout, la force et les moyens d’édifier dans la paix de nouveaux lieux signes de ta présence bienveillante en ce monde.

Quand il faut vivre dans la clandestinité parce que la loi nous défend de célébrer ouvertement nos liturgies,

R/Seigneur, donne-nous la foi en ton invisible présence, et rends-nous vigilants pour conserver la Parole qui fait vivre.

Quand nous sommes chassés de nos terres, de nos villages, parce que les combats font rage et nous transforment en itinérants en recherche d’une nouvelle terre d’accueil,

R/Seigneur, donne-nous le courage de recommencer ailleurs une existence personnelle et familiale joyeuse et pacifiée.

Quand les conflits et les persécutions dispersent nos communautés enracinées depuis des siècles dans un coin du monde que nos ancêtres ont cultivé et embelli à la sueur de leur front,

R/ Seigneur, aide-nous à ne pas chercher vengeance et fais de nous de fervents gardiens de l’unité et de la paix.

Prions ensemble le Seigneur dont l’amour tout-puissant veille sur chacun des êtres qu’il a créés :

Seigneur créateur et providence de tous les êtres humains, prends en pitié tous ceux et celles qui souffrent à cause de leur appartenance à la foi chrétienne. Que leur patience dans les épreuves nous enseigne à défendre la dignité de tous les êtres humains, hommes et femmes, créés à ton image et ressemblance.  Donne-leur la lumière pour les guider dans les décisions à prendre face à l’adversité, à la persécution, à l’exil. À nous-mêmes, qui sommes témoins de leur persévérance dans la foi, accorde la grâce d’une foi ferme et d’un amour agissant  pour que vienne ton règne de justice et de paix.  AMEN

Antennes de paix, 13 juin 2016

____________

Psaume 142 (141) Prière d’un persécuté

Seigneur, entends ma prière ;
dans ta justice écoute mes appels,  dans ta fidélité réponds­moi.

N’entre pas en jugement avec ton serviteur :
aucun vivant n’est juste devant toi.

L’ennemi cherche ma perte, il foule au sol ma vie ;
il me fait habiter les ténèbres avec les morts de jadis.

Le souffle en moi s’épuise, mon cœur au fond de moi s’épouvante. Je me souviens des jours d’autrefois, je me redis toutes tes actions,
sur l’oeuvre de tes mains je médite.

Je tends les mains vers toi, me voici devant toi comme une terre assoiffée.
Vite, réponds-moi, Seigneur : je suis à bout de souffle !

Ne me cache pas ton visage : je serais de ceux qui tombent dans la fosse. Fais que j’entende au matin ton amour, car je compte sur toi.

Montre-­moi le chemin que je dois prendre : vers toi, j’élève mon âme !
Délivre ­moi de mes ennemis, Seigneur : j’ai un abri auprès de toi.

Apprends-­moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu.Ton souffle est bienfaisant : qu’il me guide en un pays de plaines.

Pour l’honneur de ton nom, Seigneur, fais-moi vivre ;
à cause de ta justice, tire-moi de la détresse.

(c) AELF 2016 www.aelf.org , le site officiel de la traduction française de la liturgie catholique.

_________________

 

Prière pour les persécutés et les captifs

Tu ne peux abandonner, Seigneur, ceux et celles qui acceptent de perdre leur liberté pour l’amour de ton Nom et la défense de leurs frères et sœurs ; puisqu’ils sont persécutés avec ton Fils, donne-leur la force dont ils ont besoin pour témoigner de l’Évangile avec assurance : qu’ils puisent un réconfort dans la prière de l’Église et recouvrent enfin cette liberté que tu veux pour tous tes enfants.

Par Jésus le Christ notre Rédempteur. Amen

Solidarité Internationale Trinitaire
France – Québec
http://www.sit-france.org